Magazin'Eau - Décembre 2018

Les ZRE sont des zones où sont constatées une insuffisance autre qu’exceptionnelle, des ressources par rapport aux besoins. Cela a pour conséquence principale d’abaisser les seuils de dé- claration et d’autorisation des prélèvements en eaux. Cela implique par exemple sur les territoires concernés que les services de l’État vont porter une vigilance accrue sur les docu- ments d’urbanisme en cours d’élaboration ou de révision car les prélèvements ne pourront pas être augmentés. Ils vérifieront si la ressource en eau est suffisante sur ses secteurs pour répondre au projet de développement urbain et quelles sont les opérations menées pour justifier d’un accroissement de population sans impacter les ressources. Diminuer les prélèvements et gérer la ressource Le Syndicat mène d’ores et déjà des actions pour diminuer les prélèvements sur ses 5 captages situés en ZRE. Cela se traduit par la poursuite de l’ amélioration du rendement de réseau et donc la diminution des pertes en eau . Le RAO y répond par un renouvellement raisonné des conduites en fonction des priorités définies dans le schéma directeur d’eau potable et le logiciel de gestion patrimoniale et par des objectifs ambitieux en termes d’Indice Linéaire des Volumes Non Comptés, fixés dans le contrat de Délégation de Service Public. En effet, un effort particulier doit être porté par le délégataire sur la réduction des fuites dans les zones déficitaires . La gestion de la ressource est également essentielle. Il peut s’agir de projets de diversification : les recherches sur la nappe du Miocène en sont une composante ; ou de substitution : l’alimen- tation de la commune de Tulette via la nappe du Rhône en lieu et place de l’Aygues en est un exemple. Tous ces projets ont pour objectif de diminuer les prélèvements sur les captages en ZRE existants . L’importance de la mesure et de l’analyse De plus, dans le cadre du contrat de DSP, un complément d’équi- pements de mesure sera mis en place pour surveiller 100 % des ressources d’un point de vue quantitatif et qualitatif. Ces enregis- trements permettront d’affiner la connaissance des ressources et serviront de base de discussion avec les services de l’État concernant les stratégies de gestion des captages. Enfin, une étude complémentaire au schéma directeur et au schéma de distribution sera prochainement menée pour amé- liorer la synergie entre les acteurs et assurer ainsi une plus grande cohérence entre les documents d’urbanisme et les enjeux de l’eau potable sur le territoire . La gestion des ressources en Zone de Répartition des Eaux • Préserver la ressource , d’un point de vue quantitatif et qualitatif. • Diminuer les pertes en eau et limiter le vieillissement des infrastructures existantes (réseaux et ouvrages). • Maintenir un niveau de service élevé à un coût sup- portable pour l’abonné. • Assurer une meilleure prise en compte des enjeux de l’eau dans les documents d’urbanisme. • Interconnecter les réseaux pour répondre aux besoins des populations dans un contexte de changement clima- tique. Quels sont les principaux enjeux pour les services d’eau potable aujourd’hui ? Deux des trois ressources actuelles du Syndicat RAO, l’Aygues et l’Ouvèze, ont été identifiées comme étant en déséquilibre quantitatif et se trouvent en Zone de Répartition des Eaux (ZRE).

RkJQdWJsaXNoZXIy MzY4NTI=